Lettre hebdo de René !

24 septembre 2017

et maintenant ?

LETTRE HEBDO DE RENE N° 71

 

et maintenant ?

 

songer à 2022, ça signifie que le calendrier institutionnel est entré dans nos têtes, qu’il les pourrit,

les pervertit. On est en 2017, l’élection présidentielle nous a servi un spectacle affligeant, et à quoi se résumerait la vie de la cité ? À préparer la suivante. Avec ses traîtrises, ses coups bas, ses batailles d’appareil, ses calculs à huit bandes pour dégager le terrain électoral. Cette politique-là me dégoûte. Enfin, c’est qu’on aurait intégré, accepté, pleinement, ce fonctionnement de la Ve République : un homme (ou une femme). Mais pas deux, pas trois, pas quatre, pas cinq. Un homme tout en haut de l’affiche, le président-roi, qui décide, et en dessous ses « collaborateurs », ses serviteurs.
Je ne veux pas de ça.
Je ne veux pas de ça pour Macron.
Mais je ne le veux pas non plus pour Mélenchon.
Et je le veux encore moins pour moi : c’est une malédiction, presque, que cet isolement au sommet. J’aspire à une autre démocratie, où le Parlement ne servirait pas que de chambre d’enregistrement, où les pouvoirs ne seraient pas concentrés entre deux mains, où il n’y aurait pas qu’une seule tête jupitérienne qui dépasse, mais cinq, dix, quinze, vingt figures qui se dégagent, presque à égalité, dans des rôles différents, complémentaires.
Je ne courrai donc pas après cette échalote.".

 

Cet extrait de RUFFIN est une bonne réponse aux obsessions de Laurent Joffrin et de

Pierre Laurent. Joffrin n'arrête pas de se désoler d'être orphelin; comme Elisabeth Quin

sur 28 minutes ! C'est que ces gens ne voient plus d'horizon crédible ! Tant que le PCF

était lié minoritairement au PS, pas de problèmes, la social démocratie triomphait,

imposait au grand parti ouvrier le libéralisme d'entreprise, les premières privatisations,

le respect des institutions de la cinquième République !

 

Il est vrai que le mouvement social a ses limites et que le programme commun offrait

au peuple une perspective de changement ! Aujourd'hui, avec la mondialisation, la

révolution numérique, la dictature institutionnelle du Capital financier au niveau mondial,

les conflits armés au nom d'opposition religieuse et spitituelle, un cadre commun de

changement est plus difficile à mettre en place. En France, l'évolution entre les

Insoumis et les Communistes, la liaison avec les rassemblements citoyens organisés ou pas,

seront déterminants dans les mois qui viennent !

 

Mais un autre débat doit s'imposer : que devrait être aujourd'hui la notion de

PROPRIETE ! Les productions industrielles, commerciales, le sol et le logement,

l'eau, l'électricité, le gaz, les carburants, et bien sûr la circulation et l'utilisation de

l'argent et donc le rôle des banques : tant que le profit dominera, l'écologie sera

en échec ! On le voit avec Macron dans l'acceptation des accords internationaux

contradictoire avec les objectifs pour arrêter les menaces de destruction massive de

notre planète !

 

La République s'est imposée car des ciitoyen(nes)s croyaient en la possibilité

d'abolir la monarchie ! La détermination pour dépasser les clivages actuels

sera donc l'élément essentiel pour imposer une autre forme de société que

le capitalisme !

 

René LE BRIS - Canal blog - 24/09/2017

Posté par LE BRIS RENE à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2017

L'arnaque de Trump sur l'ONU !

LETTRE HEBDO DE RENE N° 70

 

L'arnaque de TRUMP sur l'ONU !

 

Le malade mental grave , président des Etats Unis veut réformer l'ONU !

 

Il a réussi à obtenir un certain nombre de signatures pour se faire.

 

Notre Président Jupiter va sans doute en profiter pour de nouveau

se distinguer en phrases creuses !

 

Juriste et militant chevronné, Roland WEYL a écrite avec sa défunte

femme Monqiue deux livres : " Démo-cratie, pouvoir du peuple "

et " SORTIR LE DROIT INTERNATIONAL DU PLACARD " qui

donnet des éléments essentiels pour effectivement actualiser le

fonctionnement de la Charte à la base de la création de l'ONU en 1945.

 

Voici donc quelques extraits :

 

" La caractéristiques des organes de l'ONU est d'être en parfaite

contradiction avec les principes de la Charte.

Cela est évident pour les organes économiques ( FMI, Banque

Mondiale, GATT ) qui dès leur naissance ont fait exception à

l'universalité pour n'être qu'occidentaux et soumis à la loi du

Capital, ce qui a fait que leurs interventions ont toujours répondu

aux critères et besoins du capital contre les peuples et non à ceux

des peuples contre le capital. " ...

 

" Fini l'équilibre, l'alternative est à nu, et à vif, entre le pouvoir de

l'exploitation mondiale des peuples et le pouvoir des peuples.

Et force est de constater que les structures confiscatrices du

Conseil de Sécurité .. ne fonctionnent pas dans le bon sens.

C'est ainsi qu'est aujourd'hui posée l'exigence d'une démocratisation

des Nations Unies.

S'agit-il d'une innovation à obtenir ? ou simplement une contradiction

à gommer.

- NOUS PEUPLES - dit la Charte.

Ets--ce compatible avec l'existence d'un Conseil de sécurité qui soit autre

chose que l'émanation de l'Assemblée Générale ?

- EGALITE DES NATIONS PETITES ET GRANDES - dit encore La

Charte. Est-ce compatible avec la notion de membres permanents, qui

donne prime à la puissance économique et militaire pour gouverner

le monde .

 

... S'il est vrai que l'ONU est l'organisations des Nations, en tant

qu'organisation des Peuples, c'est l'Assemblée Plénière des Peuples qui

doit être le souverain, et tout organe ( interne tel le Conseil de Sécurité,

ou externe tel le FMI et la Banque Mondiale ) doit lui être subordonné,

et en être l'émanation.

 

... Les organisations économiques et financières internationales, FMI,

Banque mondiale, OMC, qui ont été fondés hors des Nations Unies, dans

Quant au Conseil de Sécurité, il doit devenir le simple Bureau de

l'Assemblée Générale, ne pas comporter de membres permanents,

être élu chaque année, avec comme seule restriction d'avoir obliga -

toirement un équilibre entre les régions du monde. ...

 

Extrait - sortir du placard - :

 

... Les organisations économiques et financières internationales, FMI,

Banque mondiale, OMC, qui ont été fondés hors des Nations Unies, dans

une logique qui leur est étrangère et dont les deux premières,

fonctionnent selon la loi " un dollar / une voix " et non selon la logique

internationale d' " un pays / une voix ".

 

quant aux autres ... UNESCO, OIT, OMS, FAO, CNUCED, UNICEF ...

la problématique est unique qui conditionne tout : qui les dirige ? Il

convient ici de démystifier l'idée d'une prétendue neutralité objective et

purement technique de leur fonctionnement et leurs activités. Aussi bien

dans leur fonctionnement que dans la recrutement de leurs personnels,

elles sont des enjeux de puissance et donc de luttes d'influence.

 

Enfin plus loin :

 

... Gare aux progrès à reculons = il existe certaines revendications qui

ne seraient certainement pas des améliorations, mais constitueraient

plutôt des reculs. Ainsi celles tendant à augmenter les pouvoirs du

Conseil de Sécutité pour ne plus les limiter au maintien et au

rétablissement de la paix, mais en faire une sorte d'organe de police

générale du monde, notamment en légalisant le droit d'ingérence.

Ce serait là satisfaire les voeux et pressions des forces actuellement

dominantes et revenir à la logique de puissance sur les peuples et

au démantèlement de la logique fondamentale qui afait de la

Charte un acte révolutionnaire.

 

DONC LUNDI, quand les médias vont suivre les déclarations

de Trump, pensez à ces lignes !

 

La semaine prochaine, je vous parlerai du pétage de plomb de

Laurent et Joffrin, sur les chiffres des manifs et sur le voyage à la

Réunion de Mélenchon : un point commun, aider à la recomposition

" socialiste " ! A plus !

 

René LE BRIS - 16.09.2017 - Canal Blog

Posté par LE BRIS RENE à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2017

jeunesse, l'urgence de la lutte !

LETTRE HEBDO N°69 de RENE

 

Jeunesses, l'urgence de la lutte !

 

Certes, le documentaire de France 3 n'était pas

en début de soirée, mais Jean Charles DORIA nous

a montré par une série de reportages " la galère " de

la jeunesse aujourd"hui = d'où ce titre : " Et la jeunesse

bordel ! " ( Jeudi 07/09 ).

 

Problème du logement, problème d'accès à l'université,

problème d'autonomie vis à vis des parents, un jeune

sur quatre au chômage : voilà la France des Hollande/

Sarkozy et maintenant Macron !

 

Alors lorsque l'on entend en permanence les scotchés

des plateaux télévisés plaider pour aggraver encore cette

situation, l'heure est à concrétiser la colère individuelle

par des luttes collectives.

 

Nous ne sommes plus dans cette époque des années 60

avec les désirs de libération d'une jeunesse unie autour

de la libération sexuelle, de l'autogestion, de quelques

utopies comme " il faut interdire d'interdire " , contre

les guerres impérialistes, pour la justice sociale !

 

Le mouvement étudiant avait réussi à faire le lien avec

la jeunesse ouvrière, ce malgré un PCF englué dans son

passé stalinien incapable, contrairement à la CFDT, de

capter les raisons profondes de cette contestation multiple.

 

La situation aujourd'hui est différente : les contestataires

de 68 sont soit en pré-retraite, soit à la retraite ! Le tissu

industriel s'est disloqué et avec les grands poids lourds de

la contestation syndicale. Les grandes entreprises publiques

sont sur la voie de la privatisation ! Le management a

introduit la concurrence entre chaque salarié, la polyvalence

de poste de travail amène une disqualification générale, la

précarité devient le principal contrat de travail : bref c'est

une fracture totale que les tenants du capitalisme, de la

droite classique à toutes les formes social-démocrates ont

réussi à mettre en place pour le plus grand profit du

capitalisme !

 

Plus ou moins conscient de cette situation, les citoyen(nes)s

se réfugient dans une abstention politique, ou pire sont

tenté(e)s par une aventure fasciste.

 

 S'ajoute la faiblesse du syndicalisme étudiant mais aussi

les fractures idéologiques, surtout sur le terrain religieux

avec l'intégrisme, la remise en cause de la laïcité et les

discriminations multiples dont profitent dans certains

quartiers quelques mafias notamment à travers la vente

illégale de drogues.

 

Certes il y a quelques résistances qui se manifestent, mais

il y a encore trop de séparation parmi les forces contestataires !

Le spectacle affligeant des désaccords entre la direction du PCF

et les Insoumis est un frein à un sursaut salutaire !

 

Plus que jamais, nous sommes menacés par l'actualité d'une

guerre nucléaire et par les conséquences du réchauffement

climatique.

 

Plus que jamais, il serait urgent de faire l'unité pour une

Culture de la Paix ( à lire " Le militaire - une histoire française - "

de Claude SERFATI ) : rappelons nous que la première grande

crise capitaliste a vu l'assassinat de Jean Jaurès avec pour

résultat l'Union Sacrée pour la guerre 14/18.

 

Rappelons nous la victoire d'Hitler après la défaite de la guerre

d'Espagne parceque le Front Populaire et donc les socialistes

avaient pris une position de neutralité criminelle !

 

La confédération CGT se donne comme priorité de porter un

projet de transformation sociale : mais ce dernier pourra être

effectif que si le lien se fait avec les forces politiques désireuses

de rompre avec les politiques du passé, remplies de compromis

au bénéfice du Capital ! C'est aussi ainsi que la jeunesse pourra

se rassembler pour un espoir commun !

 

René LE BRIS - Canal blog - 10/09/2017

Posté par LE BRIS RENE à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2017

Le repli identitaire du PCF !

LETTRE HEBDO DE RENE N° 68

 

LE REPLI  IDENTITAIRE DU PCF !

 

En cette rentrée, nous avons le spectacle désolant de

la division dans le camp de l'alternative de Gauche !

 

Le discours de Pierre Laurent lors du Forum d'été du PCF

marque une rupture avec une dynamique offensive pour

mettre en difficulté le gouvernement macroniste de droite.

 

En effet, une fois retirés les traditionnelles promesses de

changement dans le fonctionnement déjà initiées du temps

de l'ère Hue, la ligne de subordination au social libéralisme,

même si l'on n'ose plus parler de la " nouvelle " direction

du PS, est toujours d'actualité !

 

D'où cette charge sans démonstration sur le " populisme

de gauche " : ??? , de qui parle Pierre Laurent ?

 

La mobilisation sociale et l'unité avec les insoumis sont aux

oubliettes sauf pour dérouler un catalogue de revendications

davantage du domaine syndical que politique.

 

Par contre, les prochaines élections sénatoriales demeurent

la préoccupation principale : de quoi permettre encore de

flirter avec le PS et de faire croire qu'un groupe PCF au Sénat

serait aussi efficace que le groupe des députés insoumis à

l'Assemblée.

 

Laurent, fière comme un cop, annonce que c'est LUI qui

prononcera le discours sur la grande scène du Dimanche.

Du coup, Mélenchon n'ira pas à la fête : imaginez sur

cette même scène la présence de tous les députés insoumis

et PCF avec prise de paroles des deux courants d'opposition !

 

Et bien non, c'est une ligne identitaire PCF , tant pis pour

une dynamique de mobilisation unitaire = d'ailleurs le 23

Septembre, le PCF sera aux abonnés absents ! Pitoyable !

 

Cela nous ramène à PROUDHON, voir cet extrait de ma

lettre de Juillet :

 

"
" ... Dans la société, où les idées et les opinions se divisent et se

classent comme les tempéraments et les intérêts, il y a donc deux

partis principaux : le parti absolutisme, qui s'efforce de conserver

et, de reconstruire la passé; et le parti socialiste, qui tend incessamment

à dégager et à produire l'avenir.

Mais la société, en vertu de la raison analytique dont l'homme est

doué, oscille et dévie continuellement à droite et à gauche, de la

ligne du progrès, suivant la diversité des passions qui lui servent

de moteurs. Il y a donc aussi, entre les deux partis extrèmes, deux

partis moyens, en termes parlementaires, un centre droit et un

centre gauche, une Gironde et une Montagne, qui pousse ou

retient incessament la Révolution hors de sa voie. ... ".



La direction du PCF a choisit sa préférence : vers

le Centre gauche. Vers les vieilles formules d'Union

de la Gauche ! En attendant que se présente une

nouvelle formule, il faut " serrer les rangs " !

Avec la division syndicale, avec cette division de

l'alternative, les luttes ne vont pas être faciles.

D'où l'importance de réussir le 23 Septembre !

D'où l'importance de convaincre les militant(e)s

du PCF d'y participer et de refuser le repli identitaire

de leur parti ! Encore une fois, Marie Geoges BUFFET

démontre toute son intelligence en suivant cette

démarche unitaire !



Le 1er Sept 2017 - Canal Blog -

René LE BRIS 

Posté par LE BRIS RENE à 15:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2017

AUX ARMES DE LA GREVE !

LETTRE HEBDO DE RENE N° 67

 

 AUX ARMES DE LA GREVE !

FORMONS NOS BATAILLONS !

MARCHONS, MARCHONS SUR L'ASSEMBLEE !

CHANGEONS DE REPUBLIQUE !

 

Ce n'est plus possible de subir,

Nous voulons décider de notre avenir,

La dictature des actionnaires, ça suffit !

Mettre les salariés sur la paille,

Organiser dans l'économie la pagaille,

Combattre vos régressions, nous n'aurons pas de répit !

 

Voilà qu'arrive une nouvelle alternative !

Tous ensemble, CGT, Insoumis, Levons nous !

Voilà une Nouvelle Révolution qui arrive !

Voilà un nouveau souffle qui nous secoue !

Nous voulons tout changer pour la qualité !

Petit paysan, petit commerçant, avec nous l'unité !

 

AUX ARMES DE LA GREVE !

FORMONS NOS BATAILLONS !

UNISSONS NOTRE DETERMINATION

SOCIALISONS LA SOCIETE !

 

Le libéralisme économique tue même les abeilles !

L'évasion fiscale continue de plus belle !

Plus de compromis ! plus d'hésitations !

Nous ne voulons plus de trahisons !

Elus, syndicalistes, associatifs, Rassemblement !

Citoyens, Citoyennes, Changer, c'est le moment !

 

AUX ARMES DE LA GREVE !

CHASSONS LES EXPLOITEURS !

NOUS N'AVONS PLUS PEURS !

SAUVONS NOTRE PLANETE

DES EMPOISONNEURS !

APRES NOUS FERONS LA FETE !

 

AUX ARMES DE LA GREVE !

FORMONS NOS BATAILLONS !

MARCHONS, MARCHONS SUR L'ASSEMBLEE !

CHANGEONS DE REPUBLIQUE !

 

René LE BRIS - Canal Blog - 25.08.2017  

Posté par LE BRIS RENE à 21:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juillet 2017

Rompre avec la gauche gouvernementale libérale !

lettre hebdo de René N° 67

 

 

OUI IL Y A BIEN DEUX GAUCHES

IRRECONCILIABLES PUISQU'UNE

EST A DROITE !

 

La France ressemble aux programmes télé de

de ce mois de Juillet !

Du Mercato aux nombres de Télé achat, le fric,

défendre le fric, encenser le fric ! Alors les 83 %

de citoyennes et de citoyens qui n'ont pas voter

pour les macronistes ont la vérification de ne pas

s'être trompés ! Cerise, les dernières révélations sur

la ministre des stocks-options en récompense de

centaines de licenciements !

 

A l'Assemblée Nationale, deux groupes se distinguent

par leurs arguments et leurs contre propositions, le

groupe communiste et le groupe de la France Insoumise !

Les autres forces politiques font tous du béni oui oui !

Il parait que Hollande est encore fier de son bilan !

Qu'il prenne rapidement sa retraite politique !

 

Mais revenons aux débats stratégiques pour l'avenir !

Proud'hon, Lénine, Sartre : quels rapports entre l'individu

et le pouvoir ? Depuis 1848, comment tirer le bilan des

expériences de différentes formules gouvernementales ?

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, comment

revenir sur les points d'appui du programme de la Résistance

mais qui s'est couplé d'une " bataille de la production " qui a

permis aux capitalistes de reprendre pied ! Comment reprendre

le contrôle de la circulation de l'argent par des mesures radicales

au niveau international ? Vaste programme, mais nous n'avons

pas le choix ! Sauf rester ou revenir sur des conceptions de

gauche gouvernementale libérale qui nous ont conduit à la

situation actuelle depuis les années 80 !

 

PROUDHON pose la question en son temps :

 

" La révolution, en 1849, comporte-t-elle les mêmes moyens

d'action qu'en 1793 ?

Pour ma part, je réponds sans hésiter : - Non, elle ne les comporte

pas. Et la raison, c'est que la Révolution de 1793 était surtout

politique, et qu'en 1849, elle est surtout SOCIALE. "

 

... Pour tout dire par un seul mot, la révolution de 1793 ne

s'adressait quà des prérogatives de caste; en 1849, elle touche

à la prérogative de l'individu même, à ce qui constitue dans

la société moderne l'homme et le citoyen, la propriété.

 

 

... il n'y a pas de réforme sociale possible, pas de garantie

du travail, pas d'assistance publique, pas d'instruction gratuite,

de circulation gratuite, d'émancipation du prolétariat, d'extirpation

de la misère, sans une modification incessante, de quelque façon

d'ailleurs que cette modification doive s'opérer, de la propriété. ".

 

C'est donc bien en terme de RUPTURE que les termes d'une

construction alternative doivent être posés !

Contre la dictature de l'actionnariat, c'est à dire de quelques

milliers de personnes, nous devons opposer la démocratie la

plus large; et si les syndicats ont toute leur place dans cet

optique, l'élargissement à d'autres forces sociales organisées

sur des objectifs maîtrisables ( compteurs Linky, ZAD de

Nantes, luttes écologiques, luttes anti-nucléaires, luttes

paysannes, luttes féministes ... ) n'ont qu'un seul défaut :

leur localisme qui ne permet pas de déboucher sur des

réponses politiques sauf s'en remettre dans des délégations

parlementaires qui buttent sur des politiques gouvernemntales

embrigadées par la chappe de plomb libérale, que cela soit

au niveau européen comme au niveau national !

 

Nous avons deux dates devant nous, les 12 et 23 Septembre !

Les opposer seraient vraiment revenir sur des erreurs du

passé : l'indépendance de chacune et de chacun , c'est avant

tout permettre l'expression dans les luttes d'une volonté de

mettre tous les potentiels militants en mouvement ! Encore

faut-il un objectif coordinateur que chaque membre reprend

selon sa propre expression : l'interdiction de licenciements

et pour le droit constitutionnel à un travail ou à une forma-

tion qualifiante pourraient être le point commun. Après

différentes formules peuvent être déclinées, aux citoyennes

et aux citoyens de trancher !

 

René LE BRIS - Canal blog -v 28/07/2017 

Posté par LE BRIS RENE à 23:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2017

l'entreprise, le pouvoir, et l'existentialisme

LETTRE HEBDO DE RENE N° 66

 

Une députée macroniste a interpellé un représentant

du peuple France Insoumise prétendant qu'il ne connaissait

pas le monde de l'Entreprise.

 

Et bah moi, j'ai bien connu; et je suis aussi Insoumis tendance

Ensemble. Voici ma réponse ouverte à cette aliénée libérale.

 

Mon premier patron était une entreprise de transport de

matériaux de construction; ne dépassant pas 50 salariés, vous

savez pourquoi ! C'était en 1967.

 

La fille du patron a reçu une lettre après 1968 me désignant

comme délégué syndical : une certaine protection, mais bien

fragile, vous allez voir ! Celle-ci voulait me virer sur le champ !

En plus CGT ! Bon, son père plus malin a choisi la " carotte " :

trois mois de salaires, une place de cadre dans une grande

entreprise de ciment; devant mon obstination à refuser, alors

ce fut mon bureau face au mur, interdiction de prendre le

téléphone, ne rien faire dans la journée ! J'ai craqué et je me

suis fait licencier pour retards consécutifs ! Voyez j'ai connu la

douceur patronale !

 

J'ai été ensuite embauché dans une miroiterie. Au bout de quelques

semaines, après contact avec les employés, devant la non promesse

d'une prime au personnel suite à une grosse période de travail,

une section syndicale CFDT est créée : le facteur passe pour

annoncer la bonne nouvelle ! je suis d'office , sans mes vêtements,

mis sur le trottoir ! Douceur patronale !

 

Dans ces deux entreprises, le syndicalisme est resté !

 

Marqué à l'encre rouge, vous savez le téléphone pour éviter les

mauvais canards surtout CGT et SUD, je vais à Paris et je

découvre les PTT ! Je rentre comme auxiliaire mais comme je

passe des concours internes, je suis titularisé au bout d'un an.

 

A l'époque, c'était la plus grande entreprise d'Europe ! Une

entreprise citoyenne, moderne, sans patron privé, sans

actionnaires se gavant de la sueur des salariés !

 

Son budget était voté à l'Assemblée Nationale. A la fin, nous

donnions des milliards au budget de l'Etat.

 

Et puis est venu le temps de la gauche libérale gouvernementale :

Mr QUILES fut désigné pour casser cette merveilleuse entreprise.

 

C'est devenu, comme vous le savez, des lieux où un certain nombre

de salariés sont poussés aux suicides : voilà votre modèle, Madame !

Quant au sercie public, n'en parlons pas ! il y a du monde pour

nous pousser aux automates à la Poste mais peu de monde pour

recevoir les usagers aux guichets ! Et ne parlons pas du dernier

gadget des excités de la finance pour transformer en monnaie

les services rendus avant par les facteurs (trices ) : une honte !

 

Quant à France Télécom, et donc Orange maintenant, mieux ne

pas avoir de problèmes après vente : les agences sont faîtes pour

vendre des produits au plus chers, point barre !

 

Vous voyez bien que nous n'avons pas les mêmes valeurs humaines !

Un ami me disait: les capitalistes nous vendrons bientôt l'air du

Mt St Michel !

 

Oui, il est temps de revoir le règne des actionnaires : parasites

qui ruinent des milliers d'entreprises, qui lapident l'argent,

qui placent leurs amis(ies) dans les conseils d'administration

en lien avec certains politiques, qui s'octroient un double vote

pour s'enrichir encore plus.

 

Alors Madame, soyez modeste, continuez à ronger notre code

du travail mais ne dîtes plus de bêtises ! Malheureusement , nous

connaissons votre milieu !

 

Cela m'amène à évoquer cette notion d'existentialisme de Jean Paul

Sartre :


l’homme est constamment hors de lui-même, c’est en se projetant et en se perdant hors de lui qu’il fait exister l’homme et,d’autre part, c’est en poursuivant des buts transcendants qu’il peut exister ; l’homme étant ce dépassement et ne saisissant les objets que par rapport à ce dépassement, est au coeur, au centre de ce dépassement. Il n’y a pas d’autre univers qu’un univers humain, l’univers de la subjectivité humaine. Cette liaison de la transcendance, comme constitutive de l’homme — non pas au sens où Dieu est transcendant, mais au sens de dépassement — et de la subjectivité, au sens où l’homme n’est pas enfermé en lui-même mais présent toujours dans un univers humain, c’est ce que nous appelons l’humanisme existentialiste. Humanisme, parce que nous rappelons à l’homme qu’il n’y a d’autre législateur que lui-même, et que c’est dans le délaissement qu’il décidera de lui-même ; et parce que nous montrons que ça n’est pas en se retournant vers lui, mais toujours en cherchant hors de lui un but qui est telle libération, telle réalisation particulière, que l’homme se réalisera précisément comme humain

 

Bien sûr c'est un raccourci, mais comme pour Proudhon, l'important c'est

de nous réarmer à travers le débat !

 

 

 

Dans l'entreprise, le salarié sait faire un choix : une promotion en étant très

respectueux de la démarche patronale, en aimant ce qu'il réalise, en privilégiant

le bonheur de sa famille, en choisisant un syndicat collaborateur.

 

D'autres salariés font un autre choix : être solidaire de ses collègues, amener

un mieux être en se battant pour augmnter son niveau de vie, choisir un

syndicalisme de combat et d'option de transformation sociale !

 

Des citoyens(nes) pensent qu'il y aura toujours des riches et des pauvres,

que si les journaux télévisés sans faire de politique le disent, c'est que

c'est vrai, et ma foi, peu importe l'évasion fiscale et les paradis fiscaux !

 

D'autres citoyens(nes) réfléchissent au développement de mouvemnt

coopératif autant pour la production que la distribution, pour une qualité

de vie, contre les gaspillages, la publicité envahissante, une autre

gouvernance de l'entreprise.

 

Et pour revenir au pouvoir, comment articuler en fait toutes ces

problématiques pour réunir une majorité consciente par des

pratiques locales et des assemblées ctitoyennes où une voix

compte pour une voix et où les décisions sont en permanence

confrontées et si besoin remises en cause !

 

Voilà le débat des semaines qui viennent avec les Insoumis, avec

le Pcf et Ensemble pour leurs membres qu'ils veulent dépasser

les débats abstraits, pour Front Commun, pour changer la donne

dans ce pays et surtout l'odeur nauséabonde du pouvoir en ce moment !

 

René LE BRIS - Le 22 Juillet 2017 - Canal Blog 

Posté par LE BRIS RENE à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2017

pouvoir d'Etat ou pouvoir du Peuple ?

lettre hebdo de René N° 64

 

Pouvoir d'Etat ou pouvoir du Peuple ?

 

UNE PETITE MISE AU POINT À PROPOS D'UN HOMMAGE ! (Isabelle ATTARD ).

L'ORIGINE DE CE TERME ETAIT UNE CEREMONIE FEODALE AU COURS

DE LAQUELLE LE VASSAL, SE DECLARAIT L'HOMME DE SON SOUVERAIN;

PUIS CETTE DEFINITION EVOLUANT, CE FUT UN TEMOIGNAGE DE COURTOISIE

ET DE RESPECT, ENFIN COMPLIMENTS ADRESSES A QUELQU'UN.

donc si on veut préciser, il faut ajouter un adjectif comme " funéraire ", ce que

certain(e)s ont interprété !

 

HOMMAGE OUI A AGNES VARDA ET JR POUR L'EXCELLENT DOCUMENTAIRE

" VISAGES VILLAGES " qui permet de mettre en valeur des " sans rien " qui par

leur action montrent comment de simples citoyen(e)s peuvent se montrer " grands " !

Ah ce passage avec ces trois femmes de dockers, un régal de simplicité et de fierté en

même temps, ces femmes qui s'associent au combat de la CGT, sont fières de leur

situation de femmes !

 

Notre sombre PENICAUD, notre casseuse des règles de vie au travail embourbée dans ses

petites affaires avec son ami roitelet, a affirmé qu'elle a le caractère pour créer, innover et

bousculer une organisation; oui pour casser la dignité humaine !

D'autres agissent tous les jours, sans esprit de carriérisme mercantile pour le bien être humain !

Voilà ce qui nous sépare de ces gens là, ceux qui comme chantait Jacques BREL, plus çà devient vieux,

plus çà devient C... !

 

Mais revenons à notre débat avec Proudhon !

 

C'est bien le problème des différentes positions sur l'Etat.

Et donc sur le pouvoir ! Avec la Révolution Russe, les thèses de Marx et de Lénine

consistaient à faire de l'Etat ouvrier ce que l'on a appelé " la dictature du Prolétariat " !

Cette formule qui effraie tous les réformistes de la terre consistait à l'époque de

pointer que l'avenir était de préserver les intérêts du prolétariat alors minoritaire

dans une Russie archaïque sur le plan économique et attaquée de toutes parts

par les Armées " blanches ", dont la France !

 

Aujourd'hui, ce débat est dépassé dans les sociétés occidentales avec un pourcentage

très élevé de salariés et une prolétarisation accélérée des cadres moyens !

 

C'est ici que les positions de Proud'hon à partir de ses observations de son époque

méritent un débat scrupuleux !

 

Voici un nouveau extrait de son livre " les confessions d'un révolutionnaire ".

 

... " lorsque, par l'analyse philosophique, on veut se rendre compte de l'autorité,

de son principe, de ses formes, de ses effets, on reconnaît bientôt que la

constitution de l'autorité, spirituelle et temporelle, n'est autre chose qu'un

organisme préparatoire, essentiellement parasite et corruptible, incapable par

lui-même de produire, autre chose, quelle que soit sa forme, quelle idée il

représente, que tyrannie et misère.

 

 La philosophie affirme en conséquence, contrairement à la foi, que la

constitution d'une autorité sur le peuple n'est qu'un établissement de

transition que le pouvoir n'étant pas une conclusion de la science, mais

un produit de la spontanéité, s'évanouit dès qu'il se discute; que loin de se fortifier

et de grandir avec le temps, comme le supposent les partis rivaux qui l'assiègent,

il doit se réduire indéfiniment et s'absorber, dans l'organisation industrielle;

qu'en conséquence, il ne doit point être placé SUR, mais SOUS la société; et,

retournant l'aphorisme des radicaux, elle conclut : " La révolution politique,

l'abolition de l'autorité parmi les hommes est le but; la révolution

sociale est le moyen. ".

 

C'est pour cela, ajoute le philosophe, que tous les partis, sans exception, en

tant qu'ils affectent le pouvoir, sont des variétés de l'absolutisme, et qu'il n'y aura

de liberté pour les citoyens, d'ordre pour les sociétés, d'union entre les travailleurs,

que lorsque le renoncement à l'autorité aura remplacé dans le catéchisme

politique la foi de l'autorité. Plus de partis; Plus d'autorité; Liberté absolue de

l'homme et du citoyen.

En trois mots, j'ai fait ma profession de foi politique et sociale.

 

C'est dans cet esprit de négation gouvernementale que je disais un jour à un homme

d'une rare intelligence, mais qui a la faiblesse de vouloir être ministre (Placé ?! ) :

" conspirez avec nous la démolition du gouvernement. Faites-vous

révolutionnaire pour la transformation de l'Europe et du monde, et restez

journaliste. " - Représentant du Peuple, 5 Juin 1848 -

 

Il me fut répondu :

" il y a deux manières d'être révolutionnaire : par en haut, c'est la révolution

par l'initiative, par l'intelligence, par le progrès, par les idées; - sans doute

le fameux : faut savoir mettre les mains dans le cambouis ! - par en bas, c'est

la révolution par l'insurrection, par la force, par le désespoir, par les pavés."

 

" Je fus, je suis encore révolutionnaire par en haut; je n'ai jamais été, je ne

serai jamais révolutionnaire par en bas. "

 

" Ne comptez donc pas sur moi pour conspirer jamais la démolition d'aucun

gouvernement, mon esprit s'y refuserait. Il n'est accessible qu'à une seule

pensée : améliorer le gouvernement " Ici cela fait penser plutôt à Hulot !!

Presse, 6 jUIN 1848 -

 

Plus loin, PROUDHON précise son opinion :

 ... c'est juste le contraire qui est vrai.

Par en haut, dans la pensée de l'auteur que je cite (M de Girardin), signifie

évidemment le pouvoir; par en bas signifie le peuple.

D'un côté l'action du gouvernement, de l'autre l'initiative des masses.

Il s'agit donc de savoir laquelle de ces deux initiatives, celle du gouvernement

ou celle du peuple, est la plus intelligente, la plus progressive, la plus pacifique.

 

Or, la Révolution par en haut, c'est inévitablement, j'en dirai plus tard la raison,

la révolution par le bon plaisir du prince, par l'arbitraire d'un ministre, par les

tatonnements d'une assemblée, par la violence d'un club; c'est la révolution par

la dictature et le despotisme.

 

 ... La révolution par l'initiative des masses, c'est la révolution par le concert des

citoyens, par l'expérience des travailleurs, par le progrès et la diffusion des

lumières, la révolution par la liberté ... ... La société seule, la masse pénétrée

d'intelligence, peut se révolutionner elle-même, parce que seule elle peut

déployer rationnellement sa spontanéité, analyser, expliquer le mystère de

sa destinée et de son origine, changer sa foi et sa philosophie; parceque seule

enfin, elle est capable de lutter contre son auteur, et de produire son fruit ...

 

Alors Révolution par le haut, par le bas, dialectique entre les deux, mais

si nous faisons le bilan depuis les années 1980, le débat s'impose !

La gauche de gouvernement a eu plusieurs fois tous les pouvoirs !

Qu'en ont ils fait : réhabiliter le marché des échanges privées, ouvrir

le Capital à des services publics comme France Télécom ou les autoroutes,

ne rien faire sur les évasions fiscales et les paradis fiscaux ! Les abstentions

électorales , c'est le constat du peuple de l'inefficacité des gouvernements

pour changer la société ! " Nuit Debout " a été un embryon de réaction

allant dans le sens du changement par le bas ! Nous continuerons d'échanger

dans la prochaine lettre !

 

Mais pour terminer, une information incroyable m'est parvenue ! des facistes

identitaires seraient parvenues grâce à des prêts bancaires à posséder un navire

ayant pour mission d'empêcher des ONG de sauver des vies !

 

Pour moi, ces banques devraient être dissoutes, leurs dirigeants poursuivis

pour crime contre l'humanité ! Mais notre roitelet vient d'en recevoir un

en grande pompe ! Ah elle est belle cette société macroniste !

 

René LE BRIS - Canal blog - 17/07/1917

Posté par LE BRIS RENE à 23:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2017

En visitant Proudhon

Lettre hebdo de René N° 63

 

En visitant Proudhon !

 

Quelques mots sur les " sans rien " !

 

Cette attitude de mépris correspond à une volonté

idéologique bien précise dans le libéralisme moderne

du capitalisme.

 

Cela correspond à une volonté de faire des êtres humains

des marchandises solvables : d'où l'intérêt exclusif aux

classes moyennes, les autres vivez comme vous pouvez, l'Etat

vous abandonnera à votre sort ! Il y aura bien quelques ONG

pour s'occuper de vous !

 

Et donc tout pour la Finance ! Malheureusement, en France, depuis

les années 80, avec le rétablissement du " tout marché " à travers

diverses formules gouvernementales, c'est un point commun

qui raye les termes de gauche et de droite et qui explique largement

le refus des urnes des électrices et des électeurs !

 

Il serait temps que le vrai camp radical de gauche mène une

contre-offensive idéologique car nous n'avons pas les mêmes

valeurs : le despotisme, la cupudité, l'égoïsme mercantile,

voilà le levain des macronistes et autres variantes !

 

Donc au-delà de notre combat sur le plan économique, lions

celui-ci à ce retour à des valeurs humaines !

 

Je suis en train de lire " les confessions d'un révolutionnaire "

de Pierre Joseph PROUDHON.

 

Lorsque j'ai commencé à militer en 1969 , mon organisation

La Ligue communiste, prenait ce philosophe comme un

"réformiste" qui retardait l'histoire qui " nous mord la nuque " !

 

Dans ce livre, PROUDHON tire les leçons des expériences

passées de 1789 à 1848 des luttes de pouvoir.

 

Alors j'ai fait ce constat : nous sommes toujours dans cette

même période historique malgré les années qui passent.

 

Voici donc quelques extraits qui peuvent ouvrir débat,

notamment sur les rapports des gens avec le pouvoir.

 

" ... mais nous l'avons dit : les révolutions de l'humanité

ne s'accomplissent point avec cette placidité philosophique;

les peuples ne reçoivent la science qu'à contre-coeur; et puis,

l'humanité n'est-elle pas libre ? Il s'élève donc à chaque

tentative de progrès, une tempête de contradictions, des

oppositions et des luttes qui, sous l'impression d'une fureur

divine, au lieu de se résoudre amiablement par des transactions,

aboutissent à des catastrophes.

 

Il résulte de ces agitations et tiraillements que la société ne parcourt

point la série de ses destinées sur un plan régulier, et par un droit

chemin; elle s'écarte tantôt à droite, tantôt à gauche, comme attirée

et repoussée par des forces contraires : et ce sont ces oscillations,

combinées avec les attaques du socialisme et les résistances de

l'absolutisme, qui produisent les péripéties du drame social. ... ".

 

Démagogie et Juste milieu :

 

" ... Le juste-milieu est l'hypocrisie du progrès; La démagogie en est

la fièvre.

Le juste milieu s'adresse de préférence à la bourgeoisie, hostile à la

noblesse et au clergé, à qui elle reproche leur immobilisme et dont

elle jalouse les prérogatives, mais qui répugne aux tendances radicales

et se raidit contre les conclusions égalitaires du progrès.

Le radicalisme va mieux au peuple. En effet, plus l'homme se sent

déshérité, plus il est enclin à bouleverser, à reconstruire violemment

la société qui le déshérite...".

 

Le passé et l'avenir :

 

" ... Dans la société, où les idées et les opinions se divisent et se

classent comme les tempéraments et les intérêts, il y a donc deux

partis principaux : le parti absolutisme, qui s'efforce de conserver

et, de reconstruire la passé; et le parti socialiste, qui tend incessamment

à dégager et à produire l'avenir.

Mais la société, en vertu de la raison analytique dont l'homme est

doué, oscille et dévie continuellement à droite et à gauche, de la

ligne du progrès, suivant la diversité des passions qui lui servent

de moteurs. Il y a donc aussi, entre les deux partis extrèmes, deux

partis moyens, en termes parlementaires, un centre droit et un

centre gauche, une Gironde et une Montagne, qui pousse ou

retient incessament la Révolution hors de sa voie. ... ".

 

Dans la prochaine lettre, nous verrons cette pensée concernant

les institutions , le pouvoir, l'intervention du peuple et nous

ferons le lien avec Lénine dans " L'Etat et la Révolution " et

Jean Paul Sartre sur " l'existencialisme " !

 

René LE BRIS - Canal Blog - 09/07/2017

Posté par LE BRIS RENE à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2017

où va la France ?

Lettre hedo de René N° 62

 

 

Où va La France ?

 

Quand on rentre de congés ou comme moi d'hospitalisation,

le visage de notre pays a vraiment changé !

 

Macron, le roitelet de l'Elysée, a obtenu une majorité de députés(e)s avec 17 %

de réelle représentativité !

 

Pour lui, les français(e)s) devraient rêver de devenir milliardaire aux Etats Unis !

 

Pour démontrer son enthousiasme, il veut faire du 14 Juillet français le rattachement

aux valeurs les plus rétrogrades qui peuvent exister sur notre planète terre !

 

Alors, Femmes macronistes, charcutières, couturières, avec un compte bancaire

bien rempli , allez défiler pour bien montrer votre asservissement, transformez

vous en chamelles de Khadafi, prenez garde cependant que l'on ne vous attrape par

la chatte ! Invitez les enfants de migrants de Calais, ceux que votre gouvernement

adoré ne veut pas nourrir ! il restera bien dans les caniveaux quelques pop corn

pour eux !

 

Et vous, hommes macronistes, architectes, entrepreneurs, avec un compte bancaire

bien rempli, allez défiler aussi pour montrer votre virilité, celle qui veut dominer

le monde, organiser des guerres, affamer des peuples entiers, créer des coups

d'Etat, transformer vous en petits soldats de plomb et devant le défilé, invitez

autour du nouveau président de l'Assemblée les porte drapeaux Robert Hue et

Daniel Cohn Bendit , mais n'oublier pas de laisser en fin de cortège Nicolas Hulot

avec son oriflamme écologiste !!!

 

Bon, de nouveaux médias sont apparus, les mêmes têtes, les mêmes experts,

la première chaîne étant bien sûr BFMMACRON !

 

En parlant de média, la palme d'or revient cette semaine à Olivier GALZI !

Elisabeth Quin n'aime pas la gauche radicale mais comme journaliste, elle

organise des débats, des échanges, bref de l'info du 21éme siècle !

GALZI lui n'est plus journaliste, c'est UN GOUJAT : définition = personne

mal élevé ! Il a battu le record lors de son émission de Minuit en interrogeant

Clémentine AUTAIN ! " la campagne est finie " dit-il énervé des réponses

pertinentes de son invitée pour aussitôt montrer une photo de Mélenchon avec

Chavez ! Comment tomber aussi bas !!!

 

Oui c'est dans cette ambiance nauséabonde que vit La France aujourd'hui !

 

Alors qu'en est-il de l'Alternative ? C'est pas terrible !

Côté PCF, la désignation de Chassaigne n'augure rien de bon ! Avec lui, cherchez

le changement, c'est essayer de trouver une aiguille dans un tas de foin ! Sans doute

va-t-il trouver une béquille avec Hamon qui nous promet un " nouveau socialisme " !

 

 

 

Côté des Insoumis, il a fallu que Corbières s'en prenne à Ruffin ! Sans doute

n'avait-il pas un papier collé de Mélenchon ! Mais il est vrai que Ruffin n'a

pas signé cette fameuse charte qui a fait tant de dégâts, de défaites aux dernières

législatives ! Oui, Mr Corbières, notre questionnaire du Rassemblement

Citoyen En Normandie a eu dans ses réponses de nombreux positionnements

pour la limitation des mandats, le fait qu'être élu(e) n'est pas un métier,

sur la révocabilité ! Vous êtes réfractaires à ces principes ? Bizarre !!!

 

Terminons par du positif dans cette France de 2017 !

Dans l'Huma du 25 Juin, débat autour de quelle gauche avons nous besoin ?

 

Marie Pierre VIEU, PCF, : " nous ne sommes pas sur du circonstanciel, mais sur

une lame de fond qui appele chacune de ses familles à se transformer profondément ".

 

Fanélie CARREY CONTE, PS, : " enfin, au-delà des actuels partis adj dépassés,

il faut créer de nouveaux outils politiques qui nous permettront de mener ce travail

idéologique, de diffuser nos idées, de nous présenter demain à des élections non pas

pour entretenir une rente de situation, mais pour mettre en oeuvre notre projet de

transformation sociale ".

 

Sandrine ROUSSEAU, EELV, : " le nombrilisme de la gauche consiste à ne

s'interroger que sur l'alliance qu'ils passeront ou non à leur doigt. Sortons de

ceci par deux actes : d'abord mettons nous en discussion entre nous nos

incontournables. Pour nous écologistes, la sortie du nucléaire en fera partie.

... quels sont les incontournables qui au sein des autres partis sont posés telles

des barrières pour contrer les alliances possibles ? Sur la base de ces

fondamentaux , construisons une plate-forme commune ".

 

Eric COQUEREL, PG, Insoumis : " je considère que la dynamique de la France

Insoumise est une chance à saisir pour tous ceux, organisés en parti ou non, qui

cherchent depuis la campagne référendaire de 2005 à construire une nouvelle force.

Je considère depuis 2007 que cette recomposition passe par le dépassement

progressif et volontaire des structures anciennes ".

 

Voilà donc de bonnes volontés : " un big bang qui appelle une refondation " comme

l'a dit Clémentine AUTAIN. Mais il serait erroné à mon sens de ne pas lier cette

refondation avec le mouvement social ! Ruffin montre bien l'exemple !

L'émancipation ne se fera pas avec des flots de discours et de débats ! Mais dans

l'action ! Le Rassemblement Citoyen En Normandie a élargi son audience à

travers la campagne du non aux compteurs Linky ! Problème de santé des

futures années ! Un débat avec Isabelle ATTARD sur l'agriculture a aussi mis

le doigt sur le gaspillage alimentaire ! Voilà des pistes au-delà bien sûr de la

mobilisation contre la deuxième loi travail macroniste !

 

René LE BRIS, Canal Blog, 01.07.2017

Posté par LE BRIS RENE à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]