LETTRE HEBDO N°69 de RENE

 

Jeunesses, l'urgence de la lutte !

 

Certes, le documentaire de France 3 n'était pas

en début de soirée, mais Jean Charles DORIA nous

a montré par une série de reportages " la galère " de

la jeunesse aujourd"hui = d'où ce titre : " Et la jeunesse

bordel ! " ( Jeudi 07/09 ).

 

Problème du logement, problème d'accès à l'université,

problème d'autonomie vis à vis des parents, un jeune

sur quatre au chômage : voilà la France des Hollande/

Sarkozy et maintenant Macron !

 

Alors lorsque l'on entend en permanence les scotchés

des plateaux télévisés plaider pour aggraver encore cette

situation, l'heure est à concrétiser la colère individuelle

par des luttes collectives.

 

Nous ne sommes plus dans cette époque des années 60

avec les désirs de libération d'une jeunesse unie autour

de la libération sexuelle, de l'autogestion, de quelques

utopies comme " il faut interdire d'interdire " , contre

les guerres impérialistes, pour la justice sociale !

 

Le mouvement étudiant avait réussi à faire le lien avec

la jeunesse ouvrière, ce malgré un PCF englué dans son

passé stalinien incapable, contrairement à la CFDT, de

capter les raisons profondes de cette contestation multiple.

 

La situation aujourd'hui est différente : les contestataires

de 68 sont soit en pré-retraite, soit à la retraite ! Le tissu

industriel s'est disloqué et avec les grands poids lourds de

la contestation syndicale. Les grandes entreprises publiques

sont sur la voie de la privatisation ! Le management a

introduit la concurrence entre chaque salarié, la polyvalence

de poste de travail amène une disqualification générale, la

précarité devient le principal contrat de travail : bref c'est

une fracture totale que les tenants du capitalisme, de la

droite classique à toutes les formes social-démocrates ont

réussi à mettre en place pour le plus grand profit du

capitalisme !

 

Plus ou moins conscient de cette situation, les citoyen(nes)s

se réfugient dans une abstention politique, ou pire sont

tenté(e)s par une aventure fasciste.

 

 S'ajoute la faiblesse du syndicalisme étudiant mais aussi

les fractures idéologiques, surtout sur le terrain religieux

avec l'intégrisme, la remise en cause de la laïcité et les

discriminations multiples dont profitent dans certains

quartiers quelques mafias notamment à travers la vente

illégale de drogues.

 

Certes il y a quelques résistances qui se manifestent, mais

il y a encore trop de séparation parmi les forces contestataires !

Le spectacle affligeant des désaccords entre la direction du PCF

et les Insoumis est un frein à un sursaut salutaire !

 

Plus que jamais, nous sommes menacés par l'actualité d'une

guerre nucléaire et par les conséquences du réchauffement

climatique.

 

Plus que jamais, il serait urgent de faire l'unité pour une

Culture de la Paix ( à lire " Le militaire - une histoire française - "

de Claude SERFATI ) : rappelons nous que la première grande

crise capitaliste a vu l'assassinat de Jean Jaurès avec pour

résultat l'Union Sacrée pour la guerre 14/18.

 

Rappelons nous la victoire d'Hitler après la défaite de la guerre

d'Espagne parceque le Front Populaire et donc les socialistes

avaient pris une position de neutralité criminelle !

 

La confédération CGT se donne comme priorité de porter un

projet de transformation sociale : mais ce dernier pourra être

effectif que si le lien se fait avec les forces politiques désireuses

de rompre avec les politiques du passé, remplies de compromis

au bénéfice du Capital ! C'est aussi ainsi que la jeunesse pourra

se rassembler pour un espoir commun !

 

René LE BRIS - Canal blog - 10/09/2017