LETTRE HEBDO DE RENE N° 107

 

 

L'Europe des Marchés ou l'Europe des peuples solidaires ?

 

 

L'EUROPE DES MARCHES se réunit annuellement avec

leurs collègues du monde libéral , rencontre aux allures de

coloque, mais très fermée , ce groupe mondial appelé

BILDEBERG.

 

Il y a là du beau monde, représentants de la droite classique

et des sociaux démocrates.

 

Qu'on en juge :

 

En Juin 2016 à Dresde : parmi les invités, on trouve Henri de

Castries, AXA, Barbizet, Artémis, Nicolas Baverez, Laurent

Fabius, Edouard Philippe, Christine Lagarde.

 

Turin Juin 2018, Cardinal Pietro Parolin, Barbizet Patricia,

Blanquer , Bonverot, De Castries, Cazeneuve (!), Enié Bernard

du ministère des Armées, Patino Bruno d'Arte, Pouyanné de

Total.

 

Si en France, certains(nes) parlent de haute trahison, les

invités bien sûr haussent les épaules en disant que ce sont

de simples échanges sur le monde économique !

 

Bah oui tiens ! destruction d'emplois, fin de services publics,

droits sociaux en baisse, concentration de la démocratie locale

par la mise en place de métropoles, criminilisation de toutes

contestations, l'écologie perçue uniquement sous l'angle

capitaliste d'ouverture des marchés, bref toutes les politiques

subies par les peuples européens qui a pour conséquences

le développement des politiques nationalistes avec la montée

des forces faschisantes !

 

Quel beau bilan pour ces hommes et ces femmes qui pour le

coup déclarent publiquement leur mépris à ceux d'en bas,

ceux qui coûtent un " pognon dingue " aux actionnaires !

 

Nous voyons en Grèce le résultat dramatique de ces orientations

libérales !

 

A ce propos, Francis WURTZ dans une chronique de l'Huma

Dimanche du 28 Juin exprime bien la réalité : " une dette

allégée, étalée, nullement supprimée, et une nouvelle injonction :

la Grèce est sommée de réaliser un excédent de 3,5 % jusqu'en

2022. Irréalisable et inhumain ".

 

Et de mettre le doigt sur la contradiction centrale qui oppose

une Europe des Marchés et une Europe des peuples.

 

C'est bien pourquoi le Parti de Gauche a raison de clarifier

les positions de la gauche radicale au niveau Européen.

 

Malheureusement, en France le PCF lorgne encore du côté du PS,

Hamon continue de bafouiller lamentablement, le NPA qui attend

toujours la révolte spontanée des masses préfère l'alliance avec la

secte de Lutte Ouvrière ! L'Alternative de Gauche n 'est pas

dans une dynamique unitaire.

 

Les Insoumis ont donc une responsabilité particulière. Ils doivent

mener des campagnes populaires sur le terrain et en même temps

améliorer la démocratie interne tout en élargissant la participation

des gens en développant des Assemblées Citoyennes sur le terrain

municipal comme dans les circonscriptions électorales.

 

La lutte des classes s'aiguise. C'est bon signe car cela veut dire

que malgré la domination idéologique des médias, les partisans

du capitalisme sont sur la défensive. A nous de croire encore

à l'Alternative ! Nous n'avons pas le choix !

 

René LE BRIS - Canal Blog - 02/07/2018